The world's scientific and social network for malaria professionals
Subscribe to free Newsletter | 10148 malaria professionals are enjoying the free benefits of MalariaWorld today

A case of treatment failure and malarone poisoning

May 20, 2016 - 16:00 -- Pierre Lutgen

Reported by Dr Patrice Bouygues, Paris.

A young French traveller was infected by Plasmodium falciparum during a two week stay in Tchad in 2013. He had been treated prophylactilly and therapeutically with Malarone. After his return home he continued suffering from headaches, high fever surges, rachialgies, cardiac troubles... Several medical services were consulted. Despite the absence of noticeable parasites in blood smears, doctors prescribed a more or less continuous malarone and tardyferon treatment.

In April 2016 after 7 days treatment with capsules containing Artemisia annua leaf powder (3 capsules of 400 mg/day) several disability signs disappeared. After further 14 days of treatment with capsules a complete cure seems to be achieved, except a general weakness.

A similar case of malarone treatment failure was documented by the Institut de Maladies Tropicales in Antwerp (C de Schacht, BMJ, 2003, 326doi). Another case was reported recently by Dr Michel Onimus after prophylactic treatment with malarone. The complete failure of the malarone treatment was cured in two days by administration of Artemisia powdered leaf capsules.

The manufacturer of malarone tablets himself alerts consumers against possible failures and severe secondary effects. Even the WHO lists numerous treatment failures and states "Plasmodium outwits Malarone, protector of travellers. The resistance affects tourists more than people living in endemic areas (C Crabb, Bulletin WHO 2003, 81-5).

One may wonder why Ministries of Health and Travelclinics in Europe still recommend this drug for travellers. Ignorance, irresponsibility or venality?

                                                                     ANAMNESE ET SYMPTOMATOLOGIE CLINIQUE DE GAEL K.

Avril 2013 :

Gaël a été au Tchad à Moundou en avril 2013 pour 2 semaines. Au bout de 8 jours au Tchad, Gaël a fait un accès palustre à Plasmodium Falciparum (diagnostiqué par frottis goutte épaisse sur place ) et traité par malarone pendant 3 jours, mais Gaël présentait des troubles digestifs avec des vomissements qui laissent penser que le traitement n'a peut-être pas été optimal à l'époque. Il faut noter que Gaël bénéficiait d'une prophylaxie par malarone. On note une amélioration lente de la symptomatologie après traitement par malarone et persistance prolongée pendant plusieurs semaines de céphalées et d'une asthénie sévère

Décembre 2013 :

Apparition d'un épisode fiévreux modéré pendant 4-5 jours ponctué de vertiges importants et asthénie puis disparition. Avril 2014 :

début de troubles cardiaques avec des palpitations, extrasystoles, douleurs rétrosternales et arrêt définitif de la pratique sportive (course à pied) car essoufflement et perte d'endurance.

19 Septembre 2014 :

Episode fiévreux à 39° avec frissons, vomissements en jet, violentes céphalées, myalgies et surtout rachialgies avec raideur rachidienne. Passage aux urgences et frottis goutte épaisse réalisé négatif. Persistance de la fièvre pendant 48 à 72h puis pendant 6 semaines asthénie marquée associée à des rachialgies exacerbées au décubitus dorsal et à la percussion puis résolution quasi totale avec cependant persistance d'une asthénie, de douleurs rénales et cardiaques et douleurs et raideur rachidienne. Un bilan cardiologique a été réalisé et un holter mettait en évidence 3600 extrasystoles auriculaires enregistrées sur 24h. CRP : 13,4 et CPK légèrement augmentés

Novembre 2014 :

Réapparition d'un épisode similaire à celui de septembre

Janvier/février 2015 :

Nouvel épisode fiévreux à 39° avec violentes céphalées, vomissements en jet, douleurs cardiaques de plus en plus importantes, rachialgies importantes, insomnies...aboutissant à un passage aux urgences sans suites. Frottis goutte épaisse réalisé et négatif. CRP : 71,7mg/l CPK augmentés Au cours de cette période nous avons pris l'initiative d'administrer un traitement par MALARONE à 4cp/j pendant 3 jours avec une amélioration quasi immédiate de la symptomatologie alors que depuis le 1er gros épisode fiévreux de septembre l'asthénie et la sensation de raideur rachidienne était persistante.

Avril 2015

Début avril hospitalisation programmée dans le service de maladies infectieuses de l'hôpital Huriez de Lille pour réévaluation diagnostique d'une fièvre récurrente en-dehors d'un épisode de crise. Un bilan exhaustif des causes possibles de fièvres récurrentes a été réalisé sans révéler d'anomalies particulières compte tenu de l'absence de symptomatologie clinique au moment de l'hospitalisation. A partir de mi-avril, reprises d'une symptomatologie associant asthénie, douleurs abdominales très intenses et des douleurs rachidiennes accompagnées de raideurs, mais cette fois sans fièvre.

Mai 2015

Rendez-vous auprès d'un interniste de Lens qui semblait évoquer une maladie auto-immune de type spondylarthrite ankylosante ou lupus étant donné la présence d'antigène HLA B27, sans doute associée à une autre pathologie. Un rendez-vous au service de médecine interne de La Pitié Salpétrière de Paris a été pris et obtenu début juin. En effet une équipe médicale de cet hôpital a récemment fait des découvertes sur le dépistage d'un paludisme chronique (voir lien suivant): http://www.aphp.fr/contenu/une-nouvelle-methode-originale-pour-le-diagno... Un bilan a été réalisé au préalable montrant des anticorps antinucléaires positifs et mouchetés au 1/320ème qui peuvent se retrouver au cours des paludismes. En accord avec le Dr.Miyara de la Pitié Salpétrière, Gaël a pris de la malarone de façon empirique, à l'occasion du bac, dans le but de permettre un passage des épreuves du baccalauréat dans de meilleures conditions dans l'éventualité d'un paludisme chronique, mais aucune amélioration n'a été perçue. Cependant lors du rendez-vous, la PCR Plasmodium falciparum, sérologie paludisme, antinucléaires et le frottis goutte épaisse se sont révélés tous négatifs. Suite aux résultats négatifs des examens réalisés à la pitié-Salpetrière, le Dr.Miyara nous a précisé que selon lui le paludisme falciparum a été erradiqué lors de la crise de février 2015 au cours de laquelle Gaël a pris un traitement de Malarone. En août on note une amélioration des dorsalgies pendant la prise d'un traitement anti-inflammatoire mais à partir de septembre 2015 les rachialgies reprennent. L'asthénie est masquée par la fatigue liée aux études de médecine que Gaël a commencé.

Octobre 2015

A partir du mois d'octobre, une nouvelle poussée d'une semaine avec une fièvre à 39°, des céphalées, douleurs articulaires importantes, rachialgies ne cédant à aucun traitement (AINS, tramadol ...), troubles digestifs importants et nombreuses extrasystoles avec douleurs rétrosternales. Son état de fatigue était très important et aggravé par ses insomnies causées par les violentes douleurs dorsales et articulaires. Au cours de cet épisode si Gaël n'est pas allé aux urgences c'est parce qu'il ne voulait pas manquer les cours. A partir de cette période ses rachialgies ne l'ont plus quitté et le rhumatologue que Gaël consultait depuis septembre pour une possible spondylarthrite ne savait plus comment le soulager au point de l'envoyer chez un professeur en Rhumatologie.

Janvier 2016,

Forte asthénie et dorsalgies permanentes ne cédant pas à un nouveau traitement mis en place par le professeur de rhumatologie (Célébrex)

Mars 2016

En mars 2016, à nouveau forte crise avec épisode fébrile à 39°5, tremblements, rachialgies +++, diarrhées et gonflement important du ventre, forte douleurs rétrosternales et asthénie importante. On observe également un teint de peau gris. Un médecin, convaincu que Gaël souffrait toujours du paludisme, lui a conseillé de prendre des Huiles Essentielles (Oléocaps 1 et 2) qui ont un pouvoir antiparasitaire. Son état s'est amélioré et les douleurs dorsales ont cédé après 4 jours prise de traitement, le temps d'un jour, puis ont repris du jour au lendemain malgré le traitement par Oléocaps.

Avril 2016

C'est à ce moment qu'après avoir exposé la situation à Dr.Arnaud Weider, nous avons acheté de l'ARTEMISIA ANNUA sous forme de gélules de complément alimentaire.

L'état de santé de Gaël s'est amélioré après une semaine de prise quotidienne de 3 gélules d'Artemisia Annua 400mg, qu'il prenait le soir vers 18h avec du tardyferon B9. Les rachialgies, l'asthénie ont cédé progressivement ainsi que toute la symptomatologie habituelle, mais chaque jour, environ 22h après la prise, réapparaissaient une asthénie subite, des douleurs dorsales, une sensation de malaise. Il avait l'impression que son corps luttait contre quelque chose. Nous avons donc décalé la prise au matin de telle sorte à ce que cette symptomatologie n'apparaisse plus en journée mais plutôt la nuit. Après 2 semaines de traitement nous avons arrêté le tardyféron et Gaël poursuit actuellement la prise d'Artemisia 400mg à raison de 3 gélules/jour en une prise le matin. A ce jour, on note une disparition quasi totale de la symptomatologie développée jusque là depuis plus de 2 ans, excepté une persistance de vertiges apparaissant par intermittence, de bouffées de chaleurs et d'une sensation de faiblesse des muscles du dos.